Bébé pleure. Il a un besoin. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre ça. Si un enfant appelle, parce que oui, ses pleurs sont la seule façon qu’il puisse utiliser pour se faire entendre, c’est parce qu’il se passe quelque chose. «Arrête de le prendre, il fait du caprice». Damn mama, quand as-tu arrêté de te faire confiance et d’avaler tout ce qu’on te dit ? Avant 18 mois, le principe de « gâter un enfant » ou de « se faire manipuler » n’existe pas. C’est aussi pour cette raison que l’entraînement au dodo de 18 mois à 5 ans, n’est plus un entraînement au dodo proprement dit, mais bien de la discipline bienveillante. Mais si ce n’est pas du chantage, que peuvent bien vouloir « dire » ces pleurs ?

« J’ai faim ! »

Tu ne pourras jamais couper des boires de nuit, tant et aussi longtemps que tu n’es pas convaincue à 110% que ton bébé n’a pas faim. Ton pédiatre te donne son ok ? Ton enfant mange trois repas par jour ? C’est parfait, mais c’est à toi de l’accompagner vers ce changement. Si toi, tu doutes qu’il ait faim, impossible de couper les boires de nuit. Autre chose, en théorie un enfant pesant au moins 19 livres peut ne pas être nourri et rester en vie. Mais qu’en est-il du gros bon sens ? Et qu’en est-il des études qui disent qu’un bébé, jusqu’à 12 mois, peut encore être nourri la nuit, malgré son alimentation solide ? Mommy knows best. Fais-toi confiance et ne brûle pas d’étape! Offrir de l’eau peut étancher la soif, mais ne remplacera jamais un boire de nuit nécessaire.

« J’ai mal ! »

Poussées dentaires, rhume, otite… Tu ne peux pas modifier les habitudes de sommeil de ton babe si tu as le moindre doute d’un inconfort physique. Élimine cette variable et reprends l’entraînement avec ton bébé en pleine forme! N’oublie pas les ressources de médecines alternatives pour un petit check-up. Certaines font des miracles!

« J’ai chaud / froid ! »

L’art de dormir est subtil et oui, la température corporelle est une variable que tu dois prendre en considération. Tu arrives dans la chambre et ton bébé a les cheveux mouillés ? Réveil normal. Ton bébé a les pieds froids ? Réveil normal. Tout ce qui pourrait empêcher un adulte de dormir ne favorise pas le dodo chez l’enfant non plus.

« Ma couche est pleine ! »

Ça me semble évident que si la couche est souillée, c’est plus difficile de trouver son petit confort. Pour l’urine, sauf s’il y a de l’érythème fessier, tu peux sauter quelques changements de couches. Particulièrement, si les couches utilisées ont la « sensation au sec ». Mais si l’odeur d’un beau gros caca embaume la chambre, tu ne pourras pas passer à côté. Mets-toi à sa place bon sens! Hihi ! S’il se rendort avec des selles, il se réveillera peu de temps après. Ne le réveille pas pour le changer, mais attends-toi à te faire réveiller au prochain micro-réveil. Et ne procrastine pas trop sur les changements de couches parce que l’érythème fessier devient rapidement un besoin physique à prendre en considération…

« J’ai peur ! – J’ai besoin de toi ! – Je t’aime même la nuit ! – Dieu que c’est difficile de s’endormir / se rendormir seul, aide-moi ! »

C’est le plus difficile à cerner, mais c’est aussi le plus fréquent. Les bébés savent bien dormir, mais dormir seul est une autre paire de manches. Il t’appelle ? Vas-y. Tout le temps. Après, si tu décides de ne plus intervenir du tout (ce que je ne recommande pas, mais bon!), tu sauras au moins qu’il est en sécurité. Mais c’est en répondant rapidement aux pleurs et en adaptant bien nos interventions suivant le bon besoin de l’enfant qu’on bâtit le lien de confiance et qu’on évite les frustrations. Si ton enfant chigne 2- 3 minutes et qu’il se rendort, n’interviens pas. Je parle ici du bébé qui se réveille en détresse. Tu interviens rapidement et tu poses les actions adéquates par la suite.

Besoin d’aide pour connaître les interventions adéquates ? Écoute la vidéo gratuite des 4 méthodes d’entraînement au dodo Bedaine Urbaine.