fbpx

On s’entend pour dire, d’abord, que chaque parent veut le bien-être de son enfant. Pis ça, ça passe entre autres par l’éducation et la discipline. Cela dit, un des plus gros enjeux, comme parent, c’est souvent de s’entendre justement sur ce « comment » avec l’autre! 

En fait, je pourrais imaginer, chez toi aussi, que s’entendre avec l’autre parent de ton enfant, des fois, c’est difficile. À force de discuter avec des parents dans mon bureau de psychologue, je constate souvent que même s’ils ont la même destination, les parents sont rarement alignés parfaitement sur l’éducation des enfants. Leurs interventions, bien malgré eux, ne vont donc pas dans le même sens (même s’ils le croient, parfois!). 

J’avais  donc envie de te présenter ici quelques pistes pour mieux s’entendre avec l’autre sur l’éducation des enfants.

L’éducation des enfants, sujet sensible!

L’éducation des enfants est un des sujets de conflits les plus fréquents entre les parents (dans le TOP avec les finances et le partage des tâches). Es-tu surprise?

En fait, les valeurs, le style et les idéaux parentaux de chaque parent découlent plus souvent qu’autrement de sa propre relation avec ses parents. Chacun a un point de départ différent dans son développement de parent. Normal, alors, de réaliser qu’on ne prend pas toujours la même route ou encore d’être fâché par les détours empruntés par l’autre! 

Comme maman, il se peut que tu tentes de recréer ce que tu as connu comme enfant ou que tu tentes, au contraire, d’éviter de commettre les mêmes erreurs que tes parents  (deux options totalement légitimes!).  Des fois, on réplique aussi, sans s’en apercevoir, ce qu’on a observé et vécu en tant qu’enfant… Comme si les routes empruntées par nos parents sont tellement habituelles que nous les conduisons sur le pilote automatique.

Bref, on arrive dans notre quotidien avec nos blessures, nos fragilités mais aussi nos aspirations, nos valeurs et nos rêves de famille. L’autre parent aussi. C’est donc un sujet sensible entre parents où les émotions sont toujours prêtes à faire surface.

Alors, si tu constates effectivement une différence entre vos aspirations, vos valeurs ou vos actions, il faut prendre le temps de réfléchir au chemin parcouru et la route prévue, ensemble. 

En améliorant la communication entourant l’éducation, vous allez devenir une équipe parentale de feu!

Cohérence et constance

Peu importe quel style de parent, quelle méthode éducative et disciplinaire vous appliquez à la maison, les CLÉS, avant tout, c’est la cohérence et la constance.

Un enfant a besoin de cohérence. Tu utilises une approche bienveillante? AWESOME. Mais est-ce que l’autre parent a la même approche que toi? Est-ce qu’il comprend le rationnel derrière tes interventions? Et toi, comprends-tu son rationnel? 

Si votre enfant doit apprendre deux façons de faire, il prendra le double du temps à saisir leurs nuances. Penses-y, c’est comme s’il devait lire deux manuels différents pour le même appareil!

Un enfant a besoin de constance, c’est-à-dire que tes interventions soient les mêmes, au fil des humeurs, des émotions, de ses mauvais coups…mais aussi qu’elles soient proches de celles de l’autre parent.  Il a aussi besoin que ça soit constant dans l’intensité des interventions, que le niveau d’autorité et d’intervention soit juste et égale, peu importe le parent qui intervient. Votre limite est-elle atteinte après 1 avertissement ou 5, et est-elle la même pour vous deux? Est-ce que tu permets à ton enfant quelque chose qu’il n’a pas le droit de faire avec son autre parent?

Accorder vos interventions – Être une meilleure équipe

Se questionner sur la constance et la cohérence est un mal nécessaire, mais ensuite, il faut accorder vos interventions. Être une meilleure équipe, ça passe par une meilleure communication. Comment s’entendre sur l’éducation des enfants, si vous en parlez jamais?

1- Prenez le temps, une pause dans le rythme effréné du quotidien. S’entendre sur les valeurs de la famille, sur les règles et le fonctionnement de la famille, ça ne se fait pas devant l’enfant ni de façon improvisée. Établissez-vous un moment dans la semaine, dans le mois, ou périodiquement pour accorder vos interventions. Voici quelques pistes de discussion: 

  • Comment percevez-vous votre vie familiale (la routine, la dynamique, les interventions)? Avez-vous des inquiétudes?
  • Quelles sont les valeurs importantes pour votre famille? Sont-elles reflétées dans votre quotidien? 
  • Quelles sont vos limites et que faites-vous quand elles sont atteintes?
  • Quels sont les moments où tu as besoin de passer le relais dans l’intervention à l’autre parent (et vice versa)? Prenez le temps de vous entendre sur ces moments, sur un signal à faire pour avoir de l’aide. 

Lors de ces discussions, n’oubliez pas que c’est mieux de trouver un terrain d’entente, de lâcher prise sur certaines batailles plutôt que d’insister sur tous nos points. Votre enfant bénéficiera de vous sentir sur la même longueur d’ondes, beaucoup plus que d’observer des interventions opposées.

2- Ne reprend pas l’autre parent devant l’enfant, même si tu n’es pas d’accord. Il est aussi intéressant de ne pas s’interposer dans l’intervention, même pour renforcer le discours de l’autre. Il est important d’avoir un équilibre des forces parentales.  En s’interposant (en affirmant plus fort le comportement attendu, par exemple) ou en nommant ton désaccord, ton enfant pourrait en comprendre que « c’est toi, le boss! » ou que l’autre parent a tort dans l’intervention. Sa crédibilité en sera alors diminuée (et il se peut que ça crée de l’opposition chez votre enfant et des frictions entre vous deux!). 

Prend notre de ce qui t’a dérangé, et parlez-en quand les enfants seront couchés. Choisis ton moment, où tu te sais réceptive et calme mais aussi que tu sais que l’autre parent est disponible (physiquement, mentalement et émotionnellement!).

3- Passer le relais à l’autre parent, quand on se sent trop émotive ou à court de patience. C’est aussi ça de travailler en équipe.

Finalement, quand on ne se rejoint pas du tout, il est possible d’aller consulter en coaching parental pour ajuster nos outils de navigation et prendre le temps de réfléchir à nos interventions dans un espace neutre. Le coach parental sera en mesure de réfléchir avec vous sur ce qui vous empêche de trouver un terrain d’entente.