Trouve-toi une tribe TopTop Mom!

Temps de lecture: 7 minutes

Si je te disais que le mystère du sommeil de l’enfant avait été démystifié?

Si je te disais que, pendant des années, nous avons essayé « d’entraîner » nos babes et kiddos à mieux dormir avec des méthodes, avec ou sans chronomètre, mais qu’en fait, ce n’était qu’une infime partie de la solution?

Si je te disais qu’après 10 ans à être Bedaine Urbaine, j’avais enfin mis le doigt sur le bobo du motherhood, me croirais-tu?

La vie des mères d’aujourd’hui

Encore là, si tu t’attends à une genre de recette Bibibidibabidibou, tu vas être déçue comme un enfant qui regarde la boule de son cornet tomber par terre. Il n’y a pas de solution qui, en claquant des doigts, résout le problème. Ni pour le sommeil, ni pour rien dans la vie d’ailleurs.Ce serait probablement trop facile et la satisfaction ne serait pas la même.

Le succès est le fruit d’efforts constants. Que ce soit pour la modification des habitudes de sommeil, ou encore, pour n’importe quelle autre chose dans la vie, ça prend du temps. Combien de temps? On ne sait jamais, car même si le développement bébé-humain comporte plusieurs similitudes, chaque bébé est unique, dans son rythme, dans son besoin d’être réconforté et sécurisé ET dans ses habitudes de sommeil aussi…

La définition du congé de maternité dans notre société

Je crois avoir trouvé là où l’histoire du motherhood a pris une tangente pas trop trippante. Où devenir maman était devenu plus stressant qu’autre chose. Et pourtant, à la base, l’idée est géniale. Nous avions besoin de ce moment de répit à l’arrivée de bébé-neuf, mais le label et sa raison d’être l’ont transformé en démon. J’ai nommé : le congé de maternité!

Juste le nom “congé”, on était déjà dans le trouble. Faire croire à une nouvelle maman qui devra se remettre de son accouchement, allaiter ou donner des biberons aux 2 heures, apprendre à jouer à la maman, avec son bébé qui a peut-être une personnalité très flamboyante qu’elle est en congé… BALIVERNE! Je préfère de loin le nom “mission maternité”. Comme ça, on aurait tout de suite su à quoi s’attendre, non?

Et en plus, comme c’est un congé, les moms ont tendance à prendre la maintenance de la maison au grand complet parce qu’on est de même nous autres, on aime ça aider. Donc, en plus de prendre soin d’un humain, on se retrouve avec la gestion de la famille au grand complet. Et si tu es téméraire, tu gères aussi les rénovations de la cuisine hihi!

 Les réalités de ce congé

Je sais, que tu le fais par choix. Je sais que ton homme t’aide comme il peut. Mais même à ça! Nous avoir vendu ça comme un “congé” est un gros coup de marketing gouvernemental. 

Ça n’a rien d’un congé, c’est nécessaire. C’est nécessaire pour prendre nos repères. C’est une période d’adaptation importante pour tous les membres de la famille. Je sais que nous sommes privilégiées d’avoir une aussi longue mission maternité. Je souhaiterais juste qu’on le publicise autrement… Genre : année où tu auras besoin de temps pour t’adapter à ton nouveau rôle et pour offrir tout ce qu’il y a de plus beau à ce tiny human qui vient d’atterrir dans ce monde. Telle est ta mission, TopTop Mom!

Pour certaines, ce sera la meilleure année de leur vie. Elles s’épanouiront dans leur cocon comme jamais auparavant. Elles auront même 3 amies en mission maternité en même temps et elles cuisineront des sauces à spag en gang. Elles resplendiront comme jamais et leur feed Instagram n’aura jamais été aussi enivrant.

Pour d’autres, la pire année : dépression post-partum, problèmes de santé, manque de ressources, manque de soutien, manque d’air… Certaines, comme moi, chercheront le numéro de téléphone de la ligne «Retour de bébé. Fini le motherhood». Heureusement, il n’y en a pas parce qu’après 11 ans, je confirme que je l’aurais regretté… 

Mais pourquoi certaines «réussissent» leur motherhood mieux que d’autres?

Qu’est-ce qu’elles ont que nous n’avons pas?

Se trouver une tribu pour du soutien

C’est le plus beau métier, mais il peut être difficile

C’est ça le bibidibabidibou. C’est ça qu’on a oublié avec la mission maternité aka “elle a juste ça à faire”. C’est ça qui a transformé le motherhood de certaines en prison dorée. Parce que ça aussi, c’est un peu capoté de ne pas avoir le droit de trouver ça difficile.

«Mais voyons, c’est le plus beau rôle de ta vie».

Tout le monde le sait, mais c’est comme le vin, “trop” ça tombe sur le coeur!

Les familles se ramassent d’un bout à l’autre du globe, donc pas de bras de rechange.

Ou encore, on se ramasse avec des bras de rechange qui servent à rien mis à part nous faire douter. Je parle ici de la belle-soeur, ou la belle-mère, ou même du chum, qui ne vont que critiquer, ou mieux, donner leur avis, mais n’y mettre aucun effort.

  • Mes chums de gars m’ont dit d’essayer le 5-10-15.
  • Ok. On va essayer. Tu veux bien faire l’endormissement ce soir?
  • Absolument pas. J’ai pas la patience pour…

Des paradigmes culturels ou sociaux, des vieilles idéologies teintées d’expériences personnelles, des idées préconçues sur comment on élève un enfant qui sont propres à chacun… C’est peut-être ce qu’on essaye de te faire avaler.

Attention, je ne dis pas que tout le monde est comme ça (heureusement!) et que ce soit volontairement communiqué dans le but de nuire. Juste que ta tribe devrait être celle qui te soutient, t’écoute et t’offre l’aide où tu en as besoin.

“Ça prend un village pour élever un enfant”

Apprends aussi à demander de l’aide au besoin. Même les guerrières ont besoin de socialiser et faire autre chose que gagagougou dans une journée. Des groupes de moms sur Facebook, c’est bien, mais ça prend plus. Ça prend un village pour élever un enfant.

L’entraînement au dodo, c’est une solution pour aider les enfants à bien dormir, mais les émotions d’une mom soutenue et épaulée favorisent sans aucun doute le lâcher-prise et les saines habitudes de sommeil. Plus tu es épuisée, plus ton babe restera éveillé pour te dire que tout va bien. C’est en quelque sorte une preuve d’amour.

Petite pause pour une réflexion personnelle

Pourquoi des rendez-vous aussi fréquents en pré-natal, mais une seule visite d’une infirmière à la maison en post-natal? Et juste pour le premier bébé de la famille? Où est l’aide d’approche globale et holistique dont nous avons besoin?

Est-ce que ceci confirmerait que le rôle de la médecine traditionnelle serait de garder maman & bébé en vie, mais que l’émotionnel, on s’en fout?

Est-ce que ceci expliquerait, qu’encore aujourd’hui, une maman épuisée ressort de chez son pédiatre avec une prescription d’anti-dépresseurs et un conseil comme “laisse le pleurer, il finira par dormir…” 

Il y a plusieurs autres groupes de soutien à ta disposition

On le sait avec le RQAP, tu ne roules pas sur l’or. Alors voici une liste d’organismes pouvant t’aider à alléger tes tâches et te permettre de mieux remplir ton premier rôle: être sa maman.

Nourri-Source

Les Relevailles (il y en a dans plusieurs régions du Québec)

CLSC (programme 0-5 ans)

Si tu connais d’autres organismes qui offrent des services à la grandeur du Québec, n’hésite pas à nous en faire part, il nous fera plaisir de les ajouter à cette liste.

Marie-Pier Villeneuve

Fondatrice et conseillère principale de Bedaine Urbaine, les mamans l'ont aussi surnommé "la magicienne du sommeil". Ayant elle-même vécu des nuits tumultueuses à la naissance de son garçon, elle s’est promis qu’aucune maman ne serait laissée seule devant un aussi gros défi. N’ayant trouvé aucune approche respectant l’unicité de chaque enfant et de chaque cœur de mère, en 2012, elle met au point une philosophie qui nécessite aucun chronomètre, ni acharnement, au plus grand bonheur des mamans à la recherche de solutions différentes que les approches les plus populaires.

Partager cet article

Autres articles dans la même catégorie

Des conseils personnalisés à chaque mois

Tu aimerais obtenir des conseils-sommeil personnalisés en fonction de l’âge de ton enfant (0-24 mois)? Inscris-toi à l’infolettre thématique en nous indiquant sa date de naissance.