La fameuse ‘’baboune’’

Temps de lecture: 5 minutes

Quelles sortes de ‘’babouneries’’ avez-vous à la maison? Et vous, comme parent, êtes-vous de type « babouneur »? Les enfants nous observent constamment et apprennent de nos faits et gestes. Alors nécessairement ils répètent nos attitudes. Cependant, il y a un facteur très important qui contribue à forger leur personnalité qui leur est propre c’est-à-dire leur tempérament. La grande question qui se pose est « doit-on laisser faire? ». Doit-on intervenir et de quelle façon? Regardons ensemble comment établir des stratégies efficaces pour le bien-être de tout notre petit monde.

Voici quelques situations qui peuvent provoquer des moments de ‘’babounes’’ dans nos familles : émettre un commentaire sur l’habillement ou sur une coiffure, donner une consigne inattendue, faire des blagues ou des jeux de mots à doubles sens.

L’enfant âgé entre 0 et 10 ans ne comprend pas toujours le sens de ces mots, ce qui peut provoquer une colère ou une « babounerie ». Le cerveau de l’adulte a développé, avec les années, ce qu’on appelle la pensée logique ou Stade des opérations formelles qui se développe à partir de 11-12 ans. Le jeune apprend à manipuler des concepts abstraits et à les mettre en relation. Il est capable de raisonner en dehors de tout support concret. Maintenant, ce concept peut devenir très difficile à gérer avec les enfants en dessous de cet âge puisqu’ils ne sont pas encore rendus à ce stade malgré peut-être une grande maturité.

Notre réaction devient alors très importante. Si on banalise, que l’on se fâche, que l’on rit de lui, cela peut mettre de l’huile sur le feu et augmenter son intensité ainsi que se propager chez tous les membres de la famille!

On doit comprendre que les enfants développent le stade des opérations concrètes entre 6-7 ans. Il devient alors capable de se représenter les transformations sur les objets ou les situations, et non plus seulement les objets et les situations. Il peut imaginer les transformations possibles, tout en conservant le point de départ, l’état initial. Sa pensée devient plus mobile et plus complexe grâce à l’acquisition de la réversibilité. Il devient donc capable d’un début de raisonnement logique, mais toujours à partir d’un support concret, rattaché au réel ou à son vécu. Donc, soyez concret et non abstrait si vous désirez communiquer avec eux et vous faire comprendre. Par exemple :

Démontrez par des gestes et des mots pour faciliter la compréhension de vos demandes. Allez chercher l’attention visuelle et physique. On évite la sur-intervention. Réduisez au minimum le nombre de fois que vous prononcez son nom.

Je vous invite également à utiliser un support visuel tels que des dessins, des photos ou même des pictogrammes pour faciliter la compréhension. Offrez-lui votre aide et votre soutien, mais ne le faites pas à sa place. Encouragez-le, donnez-lui la marche à suivre et félicitez-le!

Pour ma part, à la maison, mes outils magiques  infaillibles, autant avec mon garçon qui est dans l’adolescence qu’avec ma fille âgée de 10 ans, c’est l’humour, le rire et le jeu pour dédramatiser une situation. Toutefois, avec ma fille, je dois faire attention au double sens, car le concept n’est pas encore tout à fait au point…. Si vous voyez ce que je veux dire!

J’aime bien également le jeu du miroir lorsqu’il y a une attitude ou une réaction qui n’est pas adéquate. L’enfant ne se voyant pas ou n’ayant pas encore développé sa pensée logique, il ne perçoit pas le pourquoi de notre réaction face à cette attitude ou cette action commise. Le simple fait de lui rejouer la scène avec un peu d’exagération et d’humour peut permettre à l’enfant de comprendre ce que l’on attend de lui. De plus, cela permet de conserver la bonne humeur et de continuer notre activité sans trop de perturbation.

Voici une astuce que vous pourriez privilégier afin de préserver un état d’esprit sain et bénéfique : apprendre, en tant qu’adulte, à accueillir l’émotion ou l’état de l’enfant lorsqu’il vit une situation difficile. Offrez-lui le droit d’être fâché, stressé ou très heureux mais, enseignez-lui ce qu’il peut faire et comment il a la possibilité de l’exprimer durant cette période. Offrez-lui un moment pour se calmer à l’abri des regards, dans un endroit calme et retirez-vous. Revenez par la suite et vérifiez s’il est prêt, si cela n’est pas le cas on reprend la même stratégie. Être présent et à l’écoute, verbaliser l’émotion ou l’état de l’enfant permet à celui-ci de se sentir respecté et compris dans ce qu’il vit et donc plus disposé à dialoguer.

Vous aimeriez en apprendre davantage sur la gestion des émotions ou sur divers sujets qui touchent les enfants? Je vous offre de formidables formations basées sur des exemples concrets, positifs ainsi que des outils facilement transposables à mettre en place au sein de votre famille.

Deux options s’offrent à vous : formations parent/enfant ou formations pour vous parents et intervenants qui côtoyez des enfants âgés entre 0 et 12 ans!

Visitez : lrcoachingfamilial.ca pour obtenir toutes les informations.

Au plaisir de vivre des réussites avec vous!

Laithicia Adam, fondatrice et directrice de Lili Rescousse

Article originalement publié sur lrcoachingfamilial.ca


Laithicia Adam (Lili Rescousse)

Partager cet article

Autres articles dans la même catégorie

Des conseils personnalisés à chaque mois

Tu aimerais obtenir des conseils-sommeil personnalisés en fonction de l’âge de ton enfant (0-24 mois)? Inscris-toi à l’infolettre thématique en nous indiquant sa date de naissance.