fbpx

J’ai toujours aimé lire. Quand j’avais l’âge de mon garçon, je dévorais les livres de la collection «La courte échelle» genre «Un fantôme dans le miroir» ou «Une sorcière dans ma soupe». J’ai aussi été fascinée par «Le Club des Baby-sitters». J’essaye de transmettre cet amour des livres à mon garçon en lisant avec lui, chaque soir, une quinzaine de minutes. C’est notre routine de dodo à nous depuis toujours. J’ai lu des centaines d’histoires. Il m’en a lu des dizaines. Maintenant, on s’installe collé-collé pour lire chacun notre livre avant de se dire «Good night, sleep tight, I love you, à demain».

Et puis, un jour, je suis devenue trop «cool» pour lire. Je pense que c’est le secondaire et ces livres obligatoires toujours ben plate (exception faite d’Harry Potter et l’école des sorciers). Tsé quand tu es forcée à faire quelque chose, ça devient plate par définition. Et c’est revenu avec mon rôle de maman. Parce que tu ne peux pas juste dire « lis des livres » pour qu’il y prenne goût. Faut lire des livres pour montrer l’exemple.

À la mi-vingtaine, j’ai découvert les livres de développement personnel. C’est le livre « Demandez et vous recevrez », que j’ai eu la chance de lire les fesses dans le sable à Punta Cana, qui m’a fait découvrir ce merveilleux univers des livres où non seulement tu t’évades, mais où tu apprends quelque chose. Depuis, j’en ai lu des dizaines. J’ai aussi lu des livres de psychologie. Parce que je dis souvent que, si tu as un problème, y’a quelqu’un qui a vécu la MÊME chose que toi et qui a certainement pris le temps d’écrire un livre…

Pendant mon mois d’exil à la mexicaine, j’ai lu le livre « L’année du Oui » de Shonda Rhimes. Excellent livre recommandé par une très chère amie. #graciasAurélie  Et comme septembre est synonyme de rentrée qui rime drôlement avec reprise-de-routine-et-d’habitudes-et-c’est-déjà-plus-de-la-moitié-de-2019-qui-s’est-écoulée-donc-enligne-toi-avec-tes-résolutions-du-jour-de-l’an, je vais te partager 3 «oui» de ce livre merveilleux que je compte bien intégrer à ma vie de mom, de momtrepreneure et de femme.

« Oui à demander de l’aide »

Je pense qu’avec l’accouchement, on devient incroyablement orgueilleuse à vouloir tout faire toute seule. Comme si demander de l’aide ou l’accepter quand elle nous est offerte était une forme de faiblesse. « Si tu réussis quelque part, c’est que tu échoues inévitablement ailleurs. » Il y a des places où je ne me donnerais pas le droit d’échouer. Je dis oui à être une femme épanouie et forte. Je dis oui à être une TopTop Mom pour mon Jakidoo. Je dis oui à être une blonde trippante. Je dis oui à faire grandir Bedaine Urbaine pour que toutes celles qui en ont besoin puissent connaître l’existence de nos services.

Donc, je l’avoue, pour ce faire, j’aurai besoin d’aide de mes parents qui sont des grand-parents merveilleux, j’aurai besoin de mon homme pour me rappeler que tout va bien et qu’on avance ensemble, j’aurai besoin du groupe des TopTop Moms en Forme pour me garder en shape, j’aurai besoin de Sonya, la meilleure psy en ville pour garder mon mindset on track et mon focus, j’aurai besoin de Karine, ma collègue extraordinaire qui voit grand et qui est tout le temps un pas en avant de moi. Je dis oui à toute cette précieuse aide, je dis oui à ne pas être une super-héros tout le temps, mais où ça compte vraiment, et je dis surtout MERCI!

« Oui au self-love »

J’ai décidé qu’à 33 ans, les régimes alimentaires, c’était tar-mi-né! J’apprends, après plusieurs années d’obsession sur mon image corporelle, à m’aimer comme je suis. Je continue de bouger parce que l’entraînement à la maison est devenu ma nouvelle saine obsession. Te dire que je me trouve belle tous les jours serait exagéré, car il est impossible de se sortir de troubles alimentaires du jour ou lendemain, « but I’ll fake it until I make it ». Une de mes forces est certainement d’être disciplinée. Alors je serai disciplinée à me regarder dans le miroir et à me dire que je suis belle. Je serai disciplinée à oublier les standards de perfection et de minceur que nous inflige la société. Je serai disciplinée à prendre la position Wonder Woman le plus souvent possible et me rappeler qu’un corps parfait n’existe pas, que ma perfection se cache dans le fait de trouver mon équilibre et que mon super-pouvoir est d’être la meilleure version de moi-même. J’ai aussi des nièces extraordinaires que je compte bien élever au rang de badass girls!

« Oui à la fin de la guerre de moms sur les réseaux sociaux »

Il n’y a pas de mère idéale. Il y a bien sûr la TopTop Mom : celle qui tombe pour mieux se relever, celle qui ne reste pas en mode victime et trouve des solutions, celle qui a compris que, pour aimer les autres, ça commence par le self-love. Donc je dis oui au partage des bonnes pratiques. Je dis oui à l’utilisation des réseaux sociaux pour s’entraider. Je dis oui au pouvoir du team work. Je dis oui à toute forme d’amour virtuel qui pourrait redonner la force et le sourire à une maman qui vit des journées plus difficiles.

« Oui à la mère et la momtrepreneure que je suis »

Je ne serai jamais une PinterestMom, ni une Maman Poule. J’ai choisi d’être une Mama Bear : je protège, j’encourage, je cajole de temps à autre sans surprotéger parce qu’il doit tomber pour se relever. Je me battrai jusqu’au bout du monde pour montrer à mon garçon le partage, le respect des autres, l’égalité, la persévérance, la discipline, la politesse, la reconnaissance et que, quand la vie te donne des citrons, tu cuisines une f*cking tarte au citron meringuée. Bio en plus!

Je dis oui à travailler pendant les cours de taekwondo pour être complètement présente pendant la routine de dodo. Je dis oui à éteindre mon téléphone les weekends pour profiter de ce que j’ai de plus précieux, ma famille. Je dis oui à me lever plus tôt le matin pour répondre à mes messages et m’entraîner avant le réveil de Jake pour qu’on puisse déjeuner (peut-être des gauffres!) ensemble*. Je dis oui à travailler tard le soir pour pouvoir prendre congé toutes les journées pédagogiques. Je dis oui à passer des semaines à faire des allers-retours Québec-Montréal pour pouvoir m’offrir une liberté financière et lui offrir du temps de qualité avec sa grandm’. Je dis oui à être une bossbabe pour gagner ma vie en aidant les autres et me permettre de voyager à chaque occasion que la vie mettra sur mon chemin.

Pis un dernier oui à…

… toutes celles qui font leur possible. Je dis même oui à celles qui se plaignent, chialent, critiquent, jugent, celles qui sont à boutte de toute parce que si tu as choisi cette voix et que tu es bien là-dedans, je ne te comprends pas, mais je te respecte dans tes choix et actions. Je dis oui aux biberons, à l’allaitement, au co-dodo, au portage, à la DME, aux purées, aux garderies en milieu familial, en installation… Je dis oui à ce qui te fait vibrer et te rends heureuse. Je dis big up aux single moms, aux TopTop Moms de jumeaux, aux femmes de militaires, aux belles-mères, aux mamans de coeur, mais non de sang… Je dis big up aux mères qui get the shit done et à celles qui l’échappent de temps à autre…

Je t’invite à respecter tes semblables toi aussi. Peu importe ta façon de voir le motherhood ou de le vivre, n’oublie jamais qu’on est dans le même bateau. Que notre objectif est d’éduquer la future génération. Je dis oui à la fin des guerres de moms, parce qu’ensemble nous sommes plus fortes. Nous sommes toutes des M.B.Q.D : Moms. Bien. Que. Différentes. Nous sommes les TopTop Moms!

*N’oublie jamais que je dors la nuit. Se lever à 5AM est beaucoup plus facile après une nuit ininterrompue.