Les bébés n’ont jamais été particulièrement intéressants à mes yeux – sorry! Mais si j’avais eu à formuler ma vision de la réalité pour un adulte par rapport à celle pour un bébé, il y aurait eu deux catégories : les humains normaux et les bébés, c’est-à-dire les êtres vivants intelligents et les poupées vivantes passives inconscientes.

Puis, j’ai eu mon bébé. Là, c’est devenu passionnant — encore sorry pour les parents qui m’entourent, tout ce temps, j’étais aveugle à vos bébés et j’ai sûrement raté beaucoup de trucs fascinants.

J’ai commencé à lire, à découvrir et à réaliser qu’en réalité, nous ne sommes pas si différents et qu’on exige énormément d’un bébé.

Anecdote

Je rends visite avec mon bébé neuf. Elle s’endort. D’autres personnes nous rejoignent. Mon hôte avance la main pour réveiller bébé afin de leur montrer ses beaux yeux et son sourire. Euh, pardon? Par chance, j’étais juste à côté et j’ai pu empêcher ça #onneréveillejamaisunbébé

Est-ce qu’un adulte accepterait de se faire réveiller pour un tel caprice? Est-ce qu’un adulte accepterait de se faire “poker” les joues à tout moment? Mais bébé, cette marionnette docile, doit l’accueillir et en souriant, de préférence.

Ou les interactions sociales

J’ai récemment commencé à m’observer lorsque je suis en public avec bébé et que des gens veulent interagir avec elle. Je lui fais les plus inimaginables grimaces, sourires et cris aigus, dans l’espoir insensé qu’elle réagisse positivement et leur donne ce qu’ils souhaitent, soit un grand sourire enjôleur. Quelle autre absurdité! On exige d’un bébé et d’un enfant d’étranges règles de politesse : sourire à un visage inconnu qui lui sourit et saluer joyeusement quiconque l’exige à tout moment — sans parler des câlins #malaise #noncestnon 

Et lorsque ce n’est pas le cas, qu’elle ne fait pas le sourire tant attendu, je suis portée à l’expliquer: “oh, on vient de se réveiller hein, on est encore endormie, on est gênée, bla bla bla”, il ne faudrait surtout pas qu’elle passe pour impolie ou qu’elle ne récolte pas les beaux mots gentils dont je suis si fière! 

Pourtant, personnellement, je ne souris pas sans arrêt à tout le monde et quand on entre de force dans ma bulle, c’est bien possible que ça se passe mal. Qu’est-ce que j’ai à prouver à ces parfaits étrangers, coudonc, pour ainsi tanner mon bébé dans l’espoir qu’elle réagisse docilement comme je le souhaite?

Ou encore, un changement d’habitude

On n’ira pas demander à un adulte de changer sa routine du jour au lendemain! Que ce soit de ramasser le linge sale plus souvent, d’arrêter de fumer ou de prendre une nouvelle habitude, on se prépare mentalement, on chiale un peu, on exige nos 21 jours (le soi-disant délai pour intégrer une habitude à notre vie), on revient en arrière un jour sur deux… et parfois, on laisse juste tomber #demainjarrêteledessert 

Jamais on irait exiger de nous-mêmes un changement instantané, parce qu’on se doute que ça ne fonctionne pas nécessairement comme ça (et parce qu’honnêtement, ça fait chi** de changer une habitude). Et bébé, lui, devrait — par exemple — apprendre à s’endormir tout seul dans son lit frette après des mois d’endormissement au sein en un claquement de doigts. Du jour au lendemain. Sans gueuler, de préférence. Du premier coup. Une nuit de 12h consécutives, minimum. Vraiment? #veuxtuquonparledelafameusesuce

Est-ce un manque d’empathie? De réflexion? Se met-on suffisamment à la place de bébé? Le monde nous apparaît petit et connu, mais pour ce petit être qui n’a pas encore prise sur ses émotions et ressentis, cet univers et ses occupants bruyants sont immenses. Il n’a que peu de contrôle sur sa vie, son corps, son environnement. Son super-pouvoir: crier, rire et pleurer pour manifester ce qui l’habite et c’est la plus belle mission du parent; reconnaître et accepter le message. Oui, c’est plus forçant de travailler à décoder le besoin et le transposer dans notre compréhension pour mieux le saisir, mais c’est aussi ainsi qu’on apprend avec bienveillance à bébé à avoir confiance en nous. Et par extension, avec le temps et l’amour nécessaires, en lui. Pas avoir confiance en lui pour accepter sans broncher tout ce qu’on voudrait lui exiger, non. Confiance en lui pour affirmer de mieux en mieux ses besoins, ses capacités et ses limites.

Mon regard sur les bébés a changé du tout au tout lorsque j’ai commencé à envisager leur réalité de mon angle et je n’ai pas fini de réaliser tout ce que ça implique #lolpaslol

Un “bon” bébé devrait être flexible, s’endormir partout, n’avoir aucun objet-réconfort irremplaçable, sourire à tout le monde, aimer tout le monde, boire n’importe quel lait de n’importe quelle manière et présenté par n’importe qui, aimer les brocolis et manger son souper dans l’assiette bleue même s’il préfère la jaune.

Mais moi, je chiale quand je couche une nuit ailleurs et que j’en dors mal, j’ai besoin de MON oreiller sinon c’est le torticolis assuré, j‘truste pas les inconnus qui veulent me parler et ça me prend mon verre de vin blanc dans la coupe pas de pied que j’utilise toujours sinon j’feel mal. Et parle-moi pas de prendre une autre coupe, moi c’est CELLE-LÀ et c’est tout. J’ai besoin de ma coupe de vin d’ailleurs pour digérer le caprice de l’assiette jaune, tu parles d’une niaiserie enfantine. Comment ça, ma coupe pas de pied est sale? Mais lave-la moi, c’est pas compliqué! Tu veux vraiment qu’on commence la soirée comme ça?!

Deux poids, deux mesures… comme dirait n’importe quel enfant de 3-4 ans: c’est pas juste!

Recevoir l'extrait gratuit

Recevoir l'extrait gratuit

Reçois gratuitement l'introduction et le premier chapitre du livre.

Merci de ton intérêt. Vérifie tes courriels pour télécharger l'extrait. Consulte tes indésirables si tu ne le reçois pas dans les prochaines minutes.

Get free excerpt

Receive the introduction and first chapter of the book for free.

Thank you for your interest in the free excerpt of the TopTop Book. You should receive an email in a few minutes allowing you to download it. If you haven’t received it within five minutes, look in your junk mail.